Le choix de la vie

26 juin 2012

Je vous invite à lire l’interview que j’ai accordée à L’Express la semaine dernière.

Dans cet article, j’ai notamment tenu à évoquer mon engagement de longue date en faveur de l’action humanitaire et de la défense des droits de l’homme. Je suis également revenue sur mon implication au sein de la Fondation Casques Rouges et les projets d’ampleur que nous avons portés ces dernières années.

LExpress_Itw NG_Juin 2012.pdf
Document Adobe Acrobat 4.2 MB

Rio+20 : invitons les victimes des catastrophes naturelles à la table des négociations

19 juin 2012

Kofi Annan l’avait annoncé : « le changement climatique est la plus grande crise humanitaire de notre temps ». A quelques heures du lancement de la conférence des Nations Unies Rio +20, quelle est la place accordée aux victimes de catastrophes naturelles dans les négociations annoncées sur le climat ?

Le changement climatique entraîne, chaque année, des bouleversements environnementaux de plus en plus meurtriers, avec un impact  conséquent sur la sécurité alimentaire, la santé et la cohésion sociale des populations les plus exposées. La vulnérabilité de l’humanité nous renvoie à la fragilité de la planète. Alors que nous n’en finissons plus d’évaluer notre empreinte environnementale et de calculer notre efficacité énergétique, comment interpréter le fait qu’il n’existe aucune régulation ni gestion des « ressources humanitaires », des moyens matériels comme des moyens humains? Nous sommes parfaitement capables d’inventer un humanitaire efficace et durable. Et nous poursuivrons ce combat pour construire un humanitaire du temps de l’urgence avec des Casques Rouges, 100% humanitaires, articulés autour d’un état-major renforcé et d’une force opérationnelle d’appoint, munie de capacités technologiques.

Si les victimes des catastrophes naturelles n’ont pas été invitées aux tables des négociations du Sommet de Copenhague, formons le vœu qu’un vrai espace leur soit reservé à celles de Rio +20. Qu’elles soient, a minima, le sujet de discussion des débatteurs comme le seront les émissions de gaz à effet de serre...


Le nombre de réfugiés climatiques ne cesse d’augmenter et pourtant, comme je le demandais en 2009 lors du Sommet de Copenhague, les victimes des catastrophes restent les grandes oubliées des réflexions menées autour du développement durable.


A la veille de la Journée Mondiale des Réfugiés, si je salue l’initiative de création d’une Organisation Mondiale de l’Environnement, proposée en son temps par les Présidents Chirac et Sarkozy et relancée récemment par le Président Hollande, l’action humanitaire ne peut demeurer le parent pauvre de la politique mondiale. Elle aussi doit se doter d’un centre mondial d’organisation des secours … si ce n'est pour venir au secours de la planète, au moins à celui de ses habitants.

4ème édition de Facing Tomorrow à Jérusalem

18 juin 2012

Pour la troisième année consécutive, j'ai été invitée à participer à la Conférence « Facing Tomorrow », qui se déroulera du 19 au 21 juin à Jérusalem.

 

Voulue et inaugurée par le Président de l’Etat d’Israël Shimon Pérès, cet événement est devenue un rendez vous incontournable de la scène internationale. Comme les années précédentes, cette quatrième édition réunira des leaders politiques de premier plan ainsi que des entrepreneurs, des scientifiques, des artistes, des chercheurs, venus débattre autour de questions aussi décisive que celles qui animeront les tables-rondes : Quelles sont conséquences du "printemps arabe"? La crise économique va t-elle perdurer ou ouvrir la voie à un nouveau cycle de prospérité? Quelle place devons-nous accorder aux Etats Unis dans un monde multipolaire? Quels sont les impacts du développement économique et scientifique sur notre quotidien et permet-il d'envisager un futur meilleur et durable ?

 

De nombreuses personnalités sont annoncées, notamment Henry Kissinger, ancien secrétaire d'Etat américain aux Affaires Etrangères, Tony Blair, ancien premier ministre britannique et envoyé du Quartet au Proche-Orient, Eric Schmidt, président exécutif de Google…

 

La conférence des Présidents est une occasion unique de rencontrer des leaders du monde entier, des références dans leurs domaines, soucieux de penser le monde de demain. En tant que présidente de la Fondation France Israël, j'y vois l'application concrète de notre devise "mieux se comprendre pour mieux entreprendre. Je suis d’autant plus heureuse de cette initiative qu’elle a été prise par mon ami Shimon Peres. J’ai pour habitude de qualifier ce grand homme d’Etat de  «  Président du futur » et je me réjouis qu’il ait une nouvelle fois accepté de partager sa vision du monde en  initiant un tel événement. Force est d’ailleurs de constater que nous sommes nombreux à partager cette admiration pour Shimon puisque le Président Obama a récemment tenu à lui rendre un vibrant hommage en organisant un diner avec tous les Présidents américains en son honneur.

 

L'année dernière, je m'étais déjà rendue à Jérusalem pour assister à « Facing Tomorrow », en compagnie d’une délégation du TOP 11 des bloggeurs high tech français invités par la Fondation France Israël.

Les Européens votent "humanitaire" !

18 juin 2012

Le dernier sondage Eurobaromètre vient d'être publié et révèle que les citoyens européens restent très attachés et préoccupés par l’aide humanitaire apportée par l'Union européenne aux populations victimes de crises.
 
Neufs citoyens sur dix (88%) estiment qu’il est important que l’Union Européenne continue à financer l’aide humanitaire. Ils sont presque aussi nombreux (84%) à penser que ce financement doit être maintenu malgré les pressions exercées sur les finances publiques.
 
Je me réjouis d'autant plus de ces résultats qu'en période de crise économique, l'opinion a davantage tendance à se replier sur elle-même et à s'intéresser aux affaires intérieures. Une fois de plus, les Européens ont témoigné de leur fidélité à l'esprit des Pères fondateurs de l'Europe qui ont imaginé ce grand ensemble comme un espace de paix, de protection et de coopération. 


Le violent tremblement de terre qui a frappé l'Italie il y a moins d’un mois a certainement rappelé à l’opinion publique européenne qu’aucun endroit du monde n'était à l’abri de catastrophes humanitaires majeures. C’est d'ailleurs pour cela que je plaide depuis plusieurs années en faveur de la création de "Casques Rouges" afin d’anticiper définitivement les nombreuses catastrophes qui menacent notre planète.
 
Nous avons aujourd’hui largement les moyens humains, technologiques financiers, d’inventer un humanitaire efficace et durable au sein duquel l’Union Européenne, premier donateur humanitaire au monde, doit prendre toute sa place.

Plus jamais ça...

15 juin 2012

C’est avec consternation que j’ai appris que des graffitis avaient été réalisés lundi au mémorial Yad Vashem de Jérusalem.
 
Ces actes indignes doivent être condamnés avec la plus grande fermeté. Ils sont une insulte au souvenir des six millions de Juifs exterminés par les nazis et à la transmission de leurs mémoires. Les valeurs de respect, de transmission, si chères à nos deux sociétés française et israélienne, ont été bafouées par ces actes odieux.
 
Parce que nous avons ces valeurs en partage, la Fondation France Israël que je préside s’estnotamment engagée à perpétuer la mémoire des Justes parmi les Nations, ces hommes et femmes d’exception qui ont sauvé des Juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale, en permettant chaque année à leurs petits-enfants de participer aux cérémonies de commémoration de la Shoah en Israël.

Soulagement et satisfaction après la libération Roméo Langlois, otage français retenu par les FARC

1er juin 2012

En captivité depuis plus d'un mois, le journaliste français Roméo Langlois a été libéré avant-hier, tard dans la soirée. Au moment de sa disparition, il travaillait sur un projet de reportage autour du trafic de drogue en Colombie.

 

En bonne santé, Roméo Langlois a regagné la France ce matin. Journaliste français reconnu, il a notamment réalisé deux documentaires pour Canal +, dont un sur les dessous de la libération d'Ingrid Betancourt. Pour autant, la détention du reporter de France 24 s'est déroulée dans des conditions bien différentes que celles de la franco-colombienne.

 

Roméo Langlois n'a effectivement jamais été considéré comme un otage par ses ravisseurs mais plutôt comme un "invité" d'après ses dernières déclarations. Comme pour confirmer à la communauté internationale leurs engagements de mettre un terme aux prises d'otages civils, les FARC ont déclaré très tôt dans le processus de négociations, leur volonté de libération du Français.

 

Je suis aujourd'hui très heureuse qu'un nouvel otage français ait recouvré la liberté et j'appelle notre gouvernement à maintenir une pression quotidienne et renforcée sur les ravisseurs des 7 Français encore détenus en captivité : Denis Allex, employé, de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) retenu en Somalie depuis le 14 juillet 2009 ; les quatre collaborateurs du groupe AREVA, enlevés au Niger le 16 septembre 2010 ;  les deux français, pris en otage au Mali dans la nuit du 23 au 24 novembre 2011.

 

Ne les oublions pas.

La Fondation Casques Rouges se joint à la douleur des victimes italiennes.

30 mai 2012

Lors du séisme survenu hier dans le nord-est de l’Italie, seize personnes ont été tuées et près de 350 blessées. La ville de Mirandola, déjà touchée par un premier séisme il y a dix jours, est aujourd'hui vidée de ses habitants, réfugiés dans les camps de fortune construits dans la région.

Selon les experts, la situation pourrait d'autant plus se dégrader les prochains jours pour les sinistrés qu'il s'agit d'une zone montagneuse, très exposée aux orages.

Ban Ki-moon, le Secrétaire Général de l'ONU, l'avait déjà annoncé en 2011 : "Nous apprenons encore et encore qu'aucun pays ou ville, riche ou pauvre, n'est immunisé". Les pays dits riches ne sont pas épargnés par les risques de catastrophes naturelles. Japon, États-Unis, Nouvelle-Zélande : ces dernières années, les exemples se se sont mulitpliés. L'aide humanitaire a besoin de préparation. L'aide humanitaire a besoin d'anticipation.

Quelques semaines avant la grande messe de la société civile à Rio, ce terrible événement en Italie nous rappelle une fois encore combien il est important de renforcer la coordination de l'aide humanitaire pour optimiser son efficacité. La création de Casques Rouges, dispositif de veille et d'intervention placé sous l'égide de l'ONU, que je préconise depuis 1997  apparaît comme une urgence incontestable. Tout en saluant le travail des secouristes italiens mobilisés sans relâche dans la plaine du Pô, j'appelle à poursuivre ce combat.

Journée internationale des enfants disparus : relancons le processus d'extension de l'Alerte enlèvement à l'échelle européenne

24 mai 2012

En cette 10ème Journée Internationale des enfants disparus, je souhaite adresser un message de solidarité et d’espoir aux parents des enfants disparus.
 
Comme vous le savez, je suis engagée de longue date aux côtés des associations et des familles des victimes notamment pour améliorer les méthodes de recherche des enfants enlevés.

En 2004, alors Secrétaire d’Etat aux droits des victimes, j'ai décidé de transposer le dispositif américain Amber Alert en France après la disparition d’un enfant. Depuis sa mise en place, en 2006, le modèle français de l’Alerte Enlèvement a été déclenché à dix reprises et a déjà permis de sauver la vie de douze enfants.

En mai 2009, la Fondation Casques Rouges que je préside a créé l’e-alerte enlèvement sur Internet, permettant la diffusion de l'Alerte enlèvement auprès de 15 millions d'utilisateurs. Pour compléter le dispositif et favoriser l’implication de l’ensemble des Français dans les efforts de recherche, la Fondation Casques Rouges s’est également engagée dans le développement de l’application mobile de l’Alerte enlèvement, disponible sur Iphone, Blackberry, Androïd et Windows Phone 7. Les mises à jour de ces applications seront disponibles dans les prochains jours sur les plateformes de téléchargement.

Le système peut toutefois encore être amélioré. Je plaide de longue date pour une extension de l’Alerte enlèvement à l’échelle de l’Europe. Une telle initiative multi-nationale viendrait compléter celle de la mise en place en 2009 du numéro européen d'appel pour signaler toute disparition d'enfants, le 116.000. Une structure d'aide née de la volonté de la Missing Children Europe, la fédération pour les enfants disparus et sexuellement exploité.
 
S’il est aujourd’hui particulièrement aisé pour un agresseur de passer les frontières, un déclenchement simultané de l’Alerte enlèvement dans plusieurs pays, dissuaderait encore davantage les ravisseurs de passer à l’acte. Nos voisins belges et suisses, que j’avais soutenus dans leur combat pour l’installation de l’Alerte enlèvement dans leur pays, sont tout à fait volontaires pour coopérer dans ce sens. Gageons que ces accords transfrontaliers soient effectifs avant le déclenchement d’une prochaine Alerte.

Feuilleton "Mémoires des Justes" dans le Journal Télévisé de 13 heures de France 2

9 mai 2012

Découvrez le feuilleton réalisé par France Télévision sur le voyage de petits-enfants de Justes parmi les Nations, organisé par la Fondation France Israël, pour Yom Hashoah.

 

Les cinq épisodes de cette série inédite ont été diffusés quotidiennement, du 30 avril au 4 mai, les cinq dernières minutes du Journal Télévisé de 13 heures.

Retour sur mon départ d'Algérie en 1962 dans l'Arche Magazine

9 mai 2012

On a fermé la porte à midi, comme si nous partions déjeuner

 

J’avais 6 ans à l’époque. C’était le départ de mon pays natal et de ma ville Constantine. Nous sommes partis en mai 1962, très tardivement, à une période où la présence des Français devenait très périlleuse. Mon père avait voulu rester le plus longtemps possible pour garantir le départ d’une jeune fille de notre entourage qui était « incapable », dans le sens juridique du terme, et que son tuteur avait abandonné. Il a pris le risque d’attendre de pouvoir régulariser sa situation et la rapatrier avec nous. Mes parents n’ont prévenu personne de notre départ, ont fermé la maison à midi, comme si nous partions déjeuner, pour en réalité, avec ma petite sœur et moi, quitter le pays pour toujours…

C’était un déchirement. Mes parents étaient commerçants. Ils avaient en Algérie une vie agréable, ensoleillée, dans un pays qu’ils n’avaient jamais imaginé quitter. « Ils ont tout laissé », comme on dit, pour prendre le bateau vers Marseille. Je me souviens d’une traversée très nauséeuse… Moi, du haut de mes 6 ans, j’ai vécu ce départ comme une perte de mes jouets et de mes amis, peut-être, mais aussi et surtout comme une incroyable aventure. Les images qui m’en restent sont plus épiques que tragiques.

Je suis retournée dans mon pays natal une fois, en 2006, à l’invitation du président Abdelaziz Bouteflika, et à la demande du président de la République Jacques Chirac. Ce dernier m’avait chargée de contribuer à la préparation d’un traité d’amitié entre la France et l’Algérie, qui n’a d’ailleurs jamais été signé. Lorsque je suis arrivée à Alger, le président Bouteflika m’a également offert la possibilité de me rendre à Constantine. J’ai décliné cette invitation, souhaitant faire ce pèlerinage avec mes parents. De fait, ni mes parents ni moi ne sommes encore retournés à Constantine, mais je ne désespère pas de le faire un jour !

En attendant, à chaque nouvel an, je partage en famille et avec quelques amis les dattes que le président Bouteflika me fait livrer, avec quelques bouteilles de vin d’Algérie et la fameuse « cuvée du Président ».

J’ai gardé une affection pour mon pays natal. J’ai en France beaucoup d’amis algériens. Je rencontre régulièrement l’ambassadeur d’Algérie en France, avec lequel je partage des moments d’amitié.

Nous formons, avec tous les natifs de Constantine, une grande famille avec laquelle je me sens très liée.

Lorsque j’ai été nommée ministre en 2004, c’est d’Algérie que j’ai reçu de très nombreuses manifestations de sympathie et d’encouragement, plus précisément de la part de Constantinois que je ne connaissais pas. Ils m’ont dit leur fierté qu’une Constantinoise accède à de telles responsabilités : devenir ministre d’un gouvernement français !

Ce sont des messages que je n’oublierai jamais, qui m’ont d’autant plus touchée qu’une guerre nous avait séparés.

La France des Justes : une question d'identité nationale

4 mai 2012

En 1995, à son entrée à l'Elysée, le président Jacques Chirac prononçait le discours historique du Vel d'Hiv dans lequel il reconnaissait le rôle de l'Etat français dans la déportation et l'extermination des juifs de France. "Il est, dans la vie d'une nation, des moments qui blessent la mémoire, et l'idée que l'on se fait de son pays", affirmait-il avant d'appeler l'ensemble de nos concitoyens à ne jamais oublier.

A l'issue de son second mandat, la culpabilité laissant place à la fierté, le président mit cette fois en lumière l'histoire des Justes parmi les Nations en les faisant entrer au Panthéon. Il ne s'agissait pas de nier le douloureux passé de la France de la collaboration mais bien de rendre hommage à celles et ceux qui, dans notre pays, se sont opposés à la barbarie nazie au péril de leur vie. "Il y a les ténèbres. Mais il y a aussi la lumière. [...] Des milliers de Françaises et de Français, qui sans s'interroger, font le choix du bien. Quel courage, quelle grandeur d'âme il leur a fallu!"

Ils furent des milliers, citadins et paysans, ouvriers, religieuses, fonctionnaires, commerçants... à ne faire aucun compromis dès lors qu'une vie humaine, serait-elle celle d'un juif, était mise en danger.

Ces 3478 Justes parmi les Nations, à ce jour reconnus et distingués par Yad Vashem, incarnent les valeurs de la France des Lumières, de celle des droits de l'Homme. Ces forts de l'ombre, ces valeureux de l'ordinaire, ont désobéi avec héroïsme, ravivé les couleurs de la République. Souvenons-nous que trois quarts des uifs de France ont échappé aux rafles, aux arrestations, à Gurs ou à Auschwitz..

Ainsi, parce qu'ils aimaient trop la liberté, Jeanne et Roger Voinot refusaient qu'elle soit ravie à Rachel Kokotech, 11 ans. Sans autres questions ou états d'âmes, ce couple de boulangers installé dans un petit village de l'Yonne, la recueillirent et l'éduquèrent durant trois ans comme leur propre fille.

Parce que pour lui, toutes les vies se valaient, Camille Mathieu, gendarme en poste au camp de Drancy, sauva deux familles, les aidant à s'échapper et les hébergeant chez sa mère à Lignières (Cher). En 1943, Camille Mathieu sera révoqué pour avoir fait transiter des lettres aux internés.

Parce que même si elles ne priaient pas le même Dieu que les enfants de la colonie d'Izieu, les sœurs de la Maison d'Annernasse (Haute-Savoie) firent preuve de charité et de fraternité, en protégeant 40 petites filles juives que Renée Pallares, scout de France, avait conduite jusqu'à elles.

C'est l'histoire de cette France là qu'il nous faut transmettre en exemple aux plus jeunes. Celle des Thomas qui ont fait libérer les Rosenthal, des Gazel qui ont abrité les Herszaft, des Hebras qui ont caché les Blum dans leur cave, des Pavot qui ont procuré des faux papiers aux Boros...

Ce sont ces destins entremêlés qui ont participé de notre identité française faite de nuances et de diversité. Nous nous interrogeons aujourd'hui sur l'ADN de notre Nation mais les Justes avaient déjà répondu en prouvant que les différences pouvaient s'estomper pour laisser triompher l'humanité.

A la veille du 70ème anniversaire de la Rafle du Vel d'Hiv, au lendemain de la journée de commémoration de la Shoah, la flamme de cette France des Justes est toujours vivace. Elle témoigne de l'héritage de ces héros dont la mémoire s'élève comme un rempart face à de nouvelles atteintes à la dignité.

Retrouvez les histoires de famille des petits-enfants de Justes parmi les Nations qui ont participé au voyage de la Fondation France Israël en cliquant ici.

Emission spéciale "Challenge Humanitech" sur NRJ Paris.

2 mai 2012

Pour la troisième année consécutive, NRJ a soutenu le Challenge Humanitech.

Reportage sur France 2 : Enfants de Justes

2 mai 2012

Jean et Joséphine ont juste sauvé François...

21 avril 2012

Retrouvez l'article, publié dans Ouest France, sur l'histoire de la famille de Lucie Dersoir, arrière petite fille de Justes parmi les Nations, qui a participé au voyage de la Fondation France Israël pour Yom Hashoah en cliquant ici.

 



Shoah : sur la trace des "Justes"

20 avril 2012

Ils sont vingt jeunes Français, partis sur les traces de l’Histoire. A l’initiative de la fondation France-Israël, vingt petits-enfants et arrière-petits- enfants de Justes, ces hommes et femmes qui ont aidé les juifs à échapper à la barbarie nazie durant la Seconde Guerre mondiale, achèveront dimanche leur premier voyage en Israël.

Agés de 20 à 30 ans, ils ont notamment assisté aux cérémonies de commémoration de la Shoah. «Ces jeunes gens ont pu découvrir le nom de leurs grands-parents sur le mur de Yad Vashem (le mémorial de la Shoah, ndlr), explique Nicole Guedj, présidente de la Fondation. Et ils ont rencontré des rescapés, dont certains ont été sauvés par leurs grands-parents». Sur près de 76 000 personnes de confession juive déportées de France, seules 2 500 ont survécu.

«Un geste héroïque»

Ce séjour et les rencontres qu’ils y ont faites ont conforté les participants dans leur conviction au sujet de l’importance de garder intacte la mémoire de leurs ancêtres. Et l’exemple qu’ils ont donné. «Ce voyage [est] un vrai cadeau, une réelle chance pour moi, a ainsi expliqué Amélie au site Mémoires de Justes. Mais aussi un devoir : devoir envers mes arrière-grands-parents, pour continuer à honorer leur acte de bravoure. Et devoir de mémoire, pour que l’on n’oublie jamais ce qui s’est passé et que l’on continue toujours à résister contre l’injustice».

Alors que la France s’apprête à commémorer, le 15 mai prochain, le 70e anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv, le rôle des Justes durant ces heures sombres apporte un contrepoint nécessaire, comme l’explique Nicole Guedj. «Il est important de faire valoir que si la France et ses autorités ont porté une responsabilité dans la collaboration avec le régime nazi, une partie des Français s’est levée contre la barbarie», estime-t-elle.

Ces milliers de personnes qui ont aidé des juifs, malgré les risques qu’ils encouraient, démontrent également qu’il était possible d’agir. En 2007, le président Jacques Chirac avait ainsi salué leur courage et leur importance dans l’Histoire en leur accordant une place au Panthéon. Un geste que salue Nicole Guedj : «Les Justes de France ont élevé les valeurs de la République». 

"Justes" : Ma grand-mère disait toujours "c'est ce qu'il fallait faire"

18 avril 2012

TEMOIGNAGE - Des petits-enfants de Justes parmi les Nations se rendent cette semaine en Israël pour honorer la mémoire de leurs grands-parents, qui, au péril de leur vie, ont sauvé celles de Juifs en danger. L'une de ces descendantes parle de sa grand-mère Renée Pallarès.

 

Ils ont entre 20 et 30 ans et vont rendre hommage à la mémoire de leurs aïeuls qui, au péril de leur vie, ont sauvé celles de Juifs en danger pendant la Seconde Guerre Mondiale. Cette semaine, sous l'égide de la Fondation France Israël, des descendants de Justes parmi les Nations se rendent en Israël.

Ces héritiers d'une histoire à "part", de cette France qui s'est élevée contre la barbarie nazie vont découvrir le nom de leurs grands-parents sur le Mur des Justes parmi les Nations, rencontrer des rescapés de la Shoah et surtout garder cette "mémoire en tête". "On est sur un travail de mémoire mais aussi et surtout de transmission", insiste Nicole Guedj, présidente de la Fondation France Israël. Cette jeunesse issue de tous les milieux a conscience qu'elle a ce devoir de partager ce dont elle a hérité avec les jeunes de leur génération. C'est très fort de sens et c'est faire acte de prévention pour l'avenir !"."Faire perdurer cette mémoire", voilà pourquoi Mathilde Touchard, 27 ans, a décidé de faire partie de ce voyage. Elle évoque sa grand-mère, Renée Pallarès-Pariselle.
 
"Ma grand-mère Renée nous a toujours parlé de ce qui s'était passé pendant la guerre. Elle vit alors à Montpellier avec sa mère Marie-Antoinette, sa sœur Paulette et son petit-frère Guy. En 1942, mon arrière-grand-mère décide de venir en aide aux familles juives persécutées. Avec ses filles, elles apportent des colis de ravitaillement à celles internées dans des camps mais aussi à celles se cachant dans les greniers notamment. Cette année-là, ma famille recueille une petite-fille juive de 2 ans : Diane Popowski. Elle y restera jusqu'en 1949. Aujourd'hui, Diane est mariée et vit au Canada.
 
"Ni haine, ni rancœur"
 
Mon aïeule nous a toujours parlé de ce qu'elle avait fait avec sa mère et sa sœur comme d'"une évidence" "C'était ce qu'il fallait faire", répétait-elle. Ma grand-mère a toujours été très pudique, très discrète. Elle n'aurait jamais parlé d'elle comme d'une héroïne ! Un jour, elle s'est portée volontaire pour convoyer une quarantaine d'adolescentes juives âgées de 14-15 ans de Montpellier jusqu'à Annemasse. Ce jour-là, ma grand-mère qui avait 18 ans, a mis son uniforme de scout, comme s'il s'agissait d'un camp d'été. Les Allemands patrouillaient alors partout dans les trains et les gares. Le train avant le sien avait été contrôlé, celui d'après aussi. Elle n'a réalisé que bien plus tard le risque énorme qu'elle avait pris. Elle a accompagné ces jeunes filles jusque dans une maison tenue par des religieuses d'où elles ont pu fuir vers la Suisse. En 1943, Renée, Paulette et Guy passent l'été à la colonie d'Izieu avec la petite Diane. Elles y viennent comme monitrices et participent activement à la bonne marche de la colonie. Quelques mois après, le 6 avril 1944, la Gestapo de Lyon, sur ordre de Klaus Barbie, arrête les 44 enfants juifs qui se trouvent alors dans la maison. 42 d'entre eux seront gazés à Auschwitz-Birkenau.
 
Dans les paroles de ma grand-mère, je n'ai jamais entendu ni haine, ni rancœur. Elle était profondément humaniste. Après la guerre, elle a continué à œuvrer pour les autres, dans des associations notamment pour l'alphabétisation, pour l'intégration. C'était tellement important pour elle, elle était tellement impliquée ! A la mort de ma grand-mère, je n'ai pas voulu perdre toute cette mémoire, je veux la faire perdurer !"

Reportage de La Chaine du Coeur sur le Challenge Humanitech 2012

18 avril 2012

Visionnez le reportage réalisé par La Chaine du Coeur, partenaire du Challenge Humanitech 2012, à l'occasion de la grande finale du 13 avril dernier.

70 ans après la Rafle du Vel d'Hiv : des petits-enfants de Justes parmi les Nations se rendent en Israël

12 avril 2012

Du 17 au 22 avril 2012, à l’occasion des cérémonies de commémoration de la Shoah, la Fondation France Israël conduira en partenariat avec le Comité français pour Yad Vashem, la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et la SNCF, une délégation de petits-enfants de Justes parmi les Nations français en Israël.

Alors que la France s’apprête à commémorer le 70ème anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv, la Fondation France Israël permettra à des descendants de Justes parmi les Nations, âgés de 18 à 30 ans, de rendre hommage à la mémoire de leurs grands parents qui, au péril de leur vie, ont celles de Juifs en danger.

L’histoire des Justes parmi les Nations, ces hommes et ces femmes d’exception qui ont sauvé des Juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale, est emprunte de courage, de dévouement et d’humilité. Aujourd’hui, nous voulons célébrer l’histoire de cette France qui s’est élevée contre la barbarie nazie et la transmettre en exemple aux nouvelles générations françaises et israéliennes.

Parmi les petits-enfants de Justes parmi les Nations qui participeront à ce voyage inédit figurent des descendants de policiers et de gendarmes qui ont sauvé des Juifs durant la Rafle du Vel d’Hiv. Andy Roux, arrière petit-fils d’Eugénie et Albert Roux, Justes parmi les Nations du Chambon-sur-Lignon, village distingué dans son entier par l’Etat d’Israël, appartiendra également à la délégation. A noter également, la présence de Léa Cazenave, arrière petite-fille de Marie et Jean Cazenave qui ont caché le père du bébé éprouvette René Frydman et sa famille durant la guerre.

Durant quatre jours, ces héritiers d’une histoire « à part », en passe de devenir des « Ambassadeurs de la mémoire » se rendront à Yad Vashem, découvriront le nom de leurs grands-parents sur le Mur des Justes parmi les Nations, rencontreront des rescapés de la Shoah dont certains protégés par les familles des membres de la délégation de la Fondation France Israël. Plusieurs rencontres avec des Israéliens (écoliers, kibboutznikim, soldats de Tsahal, entrepreneurs…) seront également initiées pour pérenniser les liens indéfectibles qui unissent l’histoire des Justes parmi les Nations à celle de l’Etat d’Israël.

Amélie Lafon, arrière petite-fille de Léonie et Gabriel Magimel, Justes parmi les Nations, explique pourquoi elle a accepté de prendre part au voyage de la Fondation France Israël : « L’histoire de mes arrière-grands-parents, cachant un Juif dans leur ferme, est une histoire que j’ai toujours entendue dans ma famille mais toujours racontée comme quelque chose de normal. J’ai grandi dans un village marqué à jamais par cette période tragique de l’histoire J’ai grandi avec ce devoir de mémoire. Mais à la question « qu’aurais-je fait à leur place ? », j’ai toujours été incapable de répondre honnêtement. Je peux en revanche expliquer pourquoi je veux participer au voyage. Pour rendre hommage et parce que c’est un honneur et une fierté pour moi de représenter toute ma famille. L’histoire de mes arrière-grands-parents et celle des Sin Blima qu’ils ont cachés est avant tout une histoire de famille. L’histoire d’une grande famille qu’il nous faut continuer d’écrire jour après jour. »

Plus d’informations : www.memoiresdejustes.fr

"Combattre les fanatiques mais pas l'Islam"

10 avril 2012

Marek Halter a su écrire ce que j'aurais voulu exprimer. Merci à lui.

J-3 avant la finale du Challenge Humanitech !

10 avril 2012

17 équipes d’étudiants participeront à la finale du Challenge Humanitech, concours étudiant de l'invention humanitaire organisé anuellement par la Fondation Casques Rouges, qui se déroulera vendredi 13 avril à la Cantine (Paris, 2ème). Grâce au soutien d'Orange, sponsor de l'opération, les lauréats recevront un Prix de 5 000 € destiné à l'expérimentation de leur projet.

Les projets proposés par les candidats de cette quatrième édition sont aussi diversifiés que les causes pour lesquelles ils souhaitent s’engager : alimentation, santé, logement, accès aux télécommunications, hygiène, financement d’actions locales, accès à l’eau potable etc. Je me réjouis que les jeunes se soient une nouvelle fois creusé la tête pour conceptualiser des solutions novatrices et adaptées aux enjeux de l’action humanitaire.

Des étudiants des grandes écoles et universités de Belgique, du Cameroun, du Canada, du Togo mais aussi des quatre coins de la France ont souhaité tenter leur chance en soumettant leur innovation solidaire au jury du Challenge Humanitech. Ils sont ingénieurs, graphistes, architectes, managers, designers et se sont constitués en équipes pluridisciplinaires de 5 personnes. Depuis leur sélection en février dernier, les 17 équipes sont coachées par des professionnels qui partagent leurs expériences et compétences avec ces jeunes futurs entrepreneurs sociaux.

Qui remportera la finale ?
Candidats, parrains et jurés se retrouveront le 13 avril pour la finale qui s’articulera autour de deux temps forts :

  • [Matin] Ateliers thématiques : « Marketing » par Pascal Latouche, Directeur Nouveaux Concepts Marketing chez France Télécom Orange / « Création d’entreprise » par Jonathan Besnainou, Fondateur de Ohmydeal ! et Julien Sylvain, Fondateur de Leaf Supply et lauréat du Challenge Humanitech 2011 / « Financement » par Ismaël Le Mouel, fondateur de Mail For Good.
  • [Après-midi] Pitch : chaque équipe disposera de 7 minutes pour défendre son projet devant un jury composé de 12 personnalités parmi lesquelles : Bernard Benhamou, Délégué interministériel aux usages de l’Internet et coordinateur de Proxima mobile ; Nathalie Boulanger, Vice-président Innovation chez France-Télécom Orange ; Jean-François Lamoureux, Vice-Président d’Action contre la Faim ; Fadma Moumtaz, Haut Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés (UNHCR) ; Cyril Attia et John Karp, co-fondateurs de BeMyApp ; ; …


Quel projet se distinguera ? « Humanitarian Data Base », base de données de produits et solutions destinés aux actions humanitaires, porté par les étudiants de l’ENSCI et du CNAM ? « Freedon », label pour applications mobiles permettant de financer des associations, imaginé par des jeunes de l’Ecole Française d'Electronique et d'Informatique (EFREI) ? « La Maison à Vent », tente thermique où un système de circulation de l'eau dans les parois permet d'adapter la température intérieure en fonction des besoin, conçu des étudiants de l’EAMAU Lomé (Togo) ?

Plus d’informations : www.challenge-humanitech.com

"Nous devons rester soudés pour commbattre d'une seule voix le terrorisme"

21 mars 2012

En tant que Présidente de la Fondation France Israël, j'ai tenu à assister aux côtés de notre Ministre des Affaires étrangères et européennes, aux funérailles des victimes âgées de 3, 7, 8 et 30 ans, pour témoigner du soutien de l’ensemble de la population française à leurs familles meurtries.

Ce moment de douleur restera gravé dans ma mémoire et, s’il en était besoin, me renforce dans mon militantisme en faveur de la défense des droits de l’homme et de l’amitié entre les peuples. Une façon de rendre hommage à ces jeunes et à leurs familles, victimes d’un terrorisme aveugle, qui les a fauchés au seul motif de leur confession religieuse.

Comme Alain Juppé l’a déclaré devant les dépouilles des franco-israéliens Jonathan, Gabriel et Arye Sandler ainsi que de Myriam Monsonego, au cimetière de Givat Shaul : « Ils vont être inhumés en Israël mais en France, on ne les oubliera jamais. C’est le sang de nos deux pays qui a coulé. »

Face à cette effroyable tragédie, je salue la solidarité et la dignité dont toute la communauté nationale française a fait preuve à l’égard des victimes des attentats de Toulouse et de Montauban. J’ai naturellement une pensée très émue pour les familles des militaires qui ont également péri sous les balles du terroriste meurtrier.

La Fondation France Israël souhaite, en outre, féliciter les forces de police qui ont mis fin au climat de terreur qui a envahi notre pays. Nous devons désormais rester soudés pour combattre d’une seule voix le terrorisme, seul ennemi qui menace la sécurité du monde entier.

Fusillade à l'école juive de Toulouse : indignation et désarroi

19 mars 2012

Je suis indignée et outrée par la fusillade qui a frappé ce matin une école juive de Toulouse.

 

Cet assassinat ne concerne pas que la communauté juive, toute la communauté nationale est bouleversée et est à vos côtés.» Ces mots, prononcés par Nicolas Sarkozy résonnent avec une tonalité particulière maintenant que cette tragique affaire semble être liée avec celle de Montauban où nos soldats ne sont pas morts sur le front mais bel et bien dans la rue, assassinés.

Ne cédons pas à la panique, mais défendons avec fermeté les valeurs de notre République, une et indivisible qui doit garantir à tous ses citoyens sans distinction de race, de religion ou de croyance, la sécurité et la liberté de culte.

Pour les victimes de Toulouse comme pour celles de Montauban, c’est la Nation toute entière qui se mobilise aujourd’hui en solidarité avec les familles dans le deuil qu’elles entament.

Souhaitons que les forces de police puissent très vite retrouver le coupable de ces crimes odieux et que notre Justice lui applique une peine exemplaire.

Dans le désert du Neguev, des tomates à l'eau salée

14 mars 2012

Sud Ouest_14 mars 2012.pdf
Document Adobe Acrobat 1.7 MB

Un week end solidaire à Humani'BOOK

14 mars 2012

Vendredi 9 et samedi 10 mars se tenait au Cinéma Nouveau Latina (Paris, 4e) Humani'BOOK, le Salon du livre humanitaire, organisé par la Fondation Casques Rouges et le Club des droits de l'homme que je préside. Retour sur cet événement solidaire et littéraire. 

 

La troisième édition d'Humani'BOOK était marquée par trois temps forts : au-delà des séances de dédicaces, des ateliers pour lycéens ainsi qu’un afterwork sur le thème de la captivité des acteurs humanitaires étaient au programme. Cette année, la manifestation était réalisée en partenariat avec la dixième édition du Festival International du Film des Droits de l'Homme (FIFDH).

 

Le vendredi matin : ateliers pédagogiques

Plusieurs classes de lycéens s’étaient données rendez-vous au Cinéma Nouveau Latina pour visionner "Du sang dans nos portables", documentaire du réalisateur danois Frank Piasecki Poulsen, mettant en lumière la sanglante connexion entre les matières premières présentes dans nos téléphones et les tensions politiques et sociales du Nord-Kivu, en République Démocratique du Congo. Une fois la projection terminée, les jeunes ont approfondi leurs impressions et réflexions avec Mona Levinson-Levavasseur et Jessica Reus-Nliba, toutes deux auteurs invitées aux séances de dédicaces du Salon Humani'BOOK. 

 

Le vendredi soir : Afterwork organisé sur le thème des otages dans le monde de l'humanitaire

A mes côtés, ce sont Isabelle Lambret, ex-otage en Somalie, Pierre Salignon, Directeur Général de Médecins du Monde, Patrick Verbruggen, Cofondateur et codirecteur de Triangle Génération Humanitaire, ONG qui a dû faire face à nombres d'enlèvements ces dernières années en Somalie et au Yémen, et Cyril Cosar, qui a été psychologue à Action Contre la Faim pendant près de six ans qui ont accepté de répondre à la question suivante : "La captivité : la rançon de l'engagement humanitaire?". Face à un public d'initiés, membres d'ONG ou étudiants se destinant à une carrière humanitaire, ces échanges de qualité ont abordé nombre de questions clés telles que la perception des acteurs humanitaires par les populations locales, leur rôle vis-à-vis de l'armée, la médiatisation des cas de rapt et leurs incidences… Le débat s’est achevée par une séance de questions – réponses avec les 150 participants présents dans la salle.

 

Le samedi après-midi, séances de dédicaces 

Trente deux auteurs, écrivant sur l'action humanitaire, les droits de l'homme ou encore l'aide au développement, étaient invités aux deux séances de dédicaces d’Humani’BOOK. Pour tous, cet après-midi aura été chargé en rencontres de qualité. La Fondation Krousar Thmey était dignement représentée avec l'ouvrage de son fondateur Benoit Duchateau-Arminjon,  Un humanitaire au Cambodge (2011) ; Roberto Garcia Saez a fait connaître à un public nombreux son premier volume ONU soit qui mal y pense (Editions Les Etoiles, 2011) ; Simone Fluhr, a prése,té son livre Mon pays n'est pas sûr, recueil de témoignages de demandeurs d'asile, issus du film en compétition au FIFDH Les éclaireurs, etc. 

 

La Fondation Casques Rouges tient à remercier vivement tous ceux qui se sont mobilisés pour faire de cet événement une réussite : nos bénévoles, les équipes du Nouveau Latina et du Festival International du Film des Droits de l'Homme, les Librairies Fontaine, les médias solidaires La Chaine du Cœur, Grotius.fr et Là-bas mais aussi l'ensemble des auteurs et intervenants qui ont participé à ce rendez-vous solidaire incontournable.

L'agriculture israélienne s'appuie sur la technologie

13 mars 2012

le monde_13 mars 2012.pdf
Document Adobe Acrobat 846.2 KB

3ème édition d'Humani'BOOK

8 mars 2012

Vendredi 9 et samedi 10 mars 2012, la Fondation Casques Rouges et le Club des droits de l'homme organisent la troisième édition d’Humani’BOOK, au Cinéma Nouveau Latina (20 rue du temple - 75004 Paris).

Une semaine avant l’ouverture du traditionnel « Salon du livre de Paris », la Fondation Casques Rouges souhaite mettre à l’honneur la communauté littéraire humanitaire. Avec Humani’BOOK, les 2 000 visiteurs attendus auront l’opportunité exceptionnelle d’échanger avec des auteurs engagés. Militants, grands témoins, acteurs de terrain ou encore intellectuels seront au rendez-vous de la troisième édition d’Humani’BOOK.

 

Trop souvent relégués dans l’ombre des manifestations et salons, nous voulons inscrire les penseurs du monde humanitaire de demain au cœur de l’actualité culturelle.

Au programme :
•    Vendredi 9 mars de 19h-22h : After Work humanitaire « La captivité : la rançon de l’engagement humanitaire ? ». En Irak, au Darfour, en Colombie mais aussi en Afghanistan ou au Pakistan, tout comme les journalistes et même désormais de simples touristes, les acteurs humanitaires sont devenus les cibles de preneurs d’otages toujours plus déterminés. Face à cette alarmante situation, quelle doit être la réponse des autorités ? Faut-il mobiliser massivement l'opinion publique ? Devons-nous négocier avec les ravisseurs ? Faut-il renoncer à pénétrer certains territoires ? Est-il possible d’anticiper les risques ? Nicole GUEDJ, ancien Secrétaire d’Etat aux droits des victimes et Président de la Fondation Casques Rouges, Isabelle LAMBRET, retenue en otage en Somalie durant 9 mois en 2009 alors qu’elle menait un programme humanitaire, Patrick VERBRUGGEN, Directeur Général de l'ONG Triangle Génération Humanitaire dont 3 employés ont été enlevés au Yémen en 2011 et Pierre SALIGNON, Directeur général à l'action humanitaire de Médecins du Monde, répondront à ces questions. Philomé ROBERT, journaliste haïtien à France 24, modérera les échanges.

•    Samedi 10 mars de 15h-19h : 30 auteurs partageront leurs expériences et dédicaceront leurs ouvrages. Catherine WIHTOL DE WENDEN, Professeur à Sciences Po Paris, auteur de La question migratoire au XXIème siècle (Presses de Sciences Po, 2011) ; Christian TROUBE, ancien rédacteur en chef de La Vie, ancien Vice-Président d’Action Contre la Faim et auteur de L’humanitaire, un business comme les autres ? (Larousse, 2009) ; Pierre MICHELETTI, ancien président de Médecins du Monde - France, auteur de L’Afghanistan, Gagner les coeurs et les esprits (PUG-RFI, 2011) ; Roberto GARCIA SAEZ, ancien coordinateur du Fonds mondial de lutte contre le Sida et auteur de ONU soit qui mal y pense (Les Etoiles, 2012) ; … seront au rendez-vous.

Pour cette nouvelle édition, Humani’BOOK s’associe au Festival International du Film des Droits de l’Homme qui fête, cette année, ses 10 ans. Du 6 au 13 mars, cette manifestation sera l’occasion de rencontres et de débats entre réalisateurs, monde associatif et grand public autour de projections de films documentaires de l’année écoulée.

Entrée libre et gratuite.

Vers une coopérationfranco-israélienne accrue dans le secteur agricole ?

8 mars 2012

Vegetables.pdf
Document Adobe Acrobat 221.9 KB

De nouveaux ambassadeurs pour Israël

7 mars 2012

Actualité Juive_7 mars 2012.pdf
Document Adobe Acrobat 894.8 KB

Pèlerinage agricole

5 mars 2012

Jpost en français_280212.pdf
Document Adobe Acrobat 2.3 MB

Du vert au milieu du desert

1er mars 2012

Direct_Matin_-_Edition_Paris_Ile-de-Fran
Document Adobe Acrobat 3.9 MB

Les agriculteurs français à la découverte d'Israël

26 février 2012

Graine de business...durable !

17 février 2012

Du 20 au 23 février prochain, quelques jours avant l’ouverture du Salon de l’Agriculture de Paris, la Fondation France Israël conduira une délégation de vingt responsables agricoles de premier plan en Israël.

 

Après avoir accompagné des petits-enfants de Justes parmi les Nations à Yad Vashem et le TOP11 des bloggeurs high tech dans la Silicon Wadi, la Fondation France Israël veut faire découvrir aux leaders du secteur primaire français, les spécificités du modèle agricole israélien.

 

Qui aurait pu croire il y a 70 ans que des tomates pousseraient un jour dans le désert du Néguev! Et pourtant, en quelques dizaines d’années, les Israéliens ont su s’imposer comme des acteurs incontournables du paysage agricole mondial. Pour favoriser le développement des relations agricoles franco-israéliennes, la Fondation France Israël s’est engagée dans l’organisation du voyage « Graine de business…durable », destiné à faciliter les rencontres et les échanges entre les agriculteurs des deux pays.

 

Les dirigeants de la FNSEA, de l’APCA, de COOP de France, de SOFIPROTEOL, d’INVIVO, d’UNIGRAINS… mais aussi des élus, des chercheurs et des investisseurs ont accepté de participer, ensemble, à cette expérience inédite. Les principaux corps de métiers ainsi que les plus grandes régions agricoles seront représentés dans le cadre de ce voyage qui a été conçu à travers un parcours thématique, allant des producteurs aux distributeurs, en passant par les innovateurs. Précisons que si chacun des membres de la délégation a exprimé un très vif intérêt pour l’agriculture israélienne, quasiment aucun d’entre eux ne s’est encore rendu en Israël.

 

Les temps forts :

  • Visite de kibboutz (Tzora et Magal), d’exploitations et de vignobles.
  • Soirée « prise de contact » organisée par l’Union des Fermiers Israéliens en présence de Madame Orit Noked, Ministre de l’Agriculture israélienne et des principaux responsables agricoles israéliens 
  • Panorama de l’agriculture israélienne par Itzik Ben David, Directeur Général adjoint du Ministère de l’Agriculture et responsable des relations internationales ; Docteur Yuval Ashdate, Chef scientifique du Ministère de l’Agriculture ; Isaac Kiriaty, Directeur du département agriculture de l'Institut d'Exportation d'Israël
  •  Visite de l’Université Ben Gourion du Neguev et de centres de recherche (Volcani, Netafim et Ramt Neguev).
  •  Réception à la résidence de l’Ambassadeur de France, Monsieur Christophe Bigot…

 

En route vers une terre promise et durable !

France-Israël : quelles sont vos relations scientifiques ?

9 février 2012

Après avoir été accueillis au Quai d’Orsay par Alain Juppé, Ministre des Affaires étrangères et européennes, les « Amis de la Fondation France Israël » ont été reçus au Ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur pour un petit-déjeuner placé sous le thème de « France-Israël : quelles sont vos relations…scientifiques ? ». Autour de Laurent Wauquiez, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et Dan Shechtman, Prix Nobel de Chimie israélien 2011, ce sont plus de 60 chercheurs et professeurs de premier plan, parmi lesquels le Prix Nobel Claude Cohen-Tannoudji, qui se sont interrogées sur la coopération scientifique franco-israélienne.

Mieux se comprendre pour mieux innover
Pour ce second rendez-vous, la Fondation France Israël a tenu à poursuivre l’une de ses missions principales, en organisant une rencontre vouée à renforcer encore davantage les liens existants entre les scientifiques français et israéliens. C’est ainsi qu’en ouverture de la manifestation, j'ai rappelé combien la Fondation avait toujours eu à cœur d’honorer l’excellence partagée par les Français et les Israéliens dans le domaine de l’innovation.

Chaque année, un Prix scientifique est notamment décerné à des chercheurs. En juin dernier, la Fondation a également fait découvrir la Silicon Wadi au TOP 11 des bloggeurs high tech français. Fin février, ce sont vingt leaders agricoles provenant de toutes les régions de France qui auront l’opportunité de mieux appréhender les spécificités du modèle agricole israélien. Toutes ces actions visent d’une part à montrer un autre visage d’Israël aux Français et d’autre part à initier de nouvelles collaborations entre les acteurs des deux pays.

« Israël est au premier rang mondial pour le nombre de chercheurs par habitant.»
« Vous êtes ici chez vous » a déclaré Laurent Wauquiez, en préambule de son discours, avant de se prononcer lui aussi sur l’impérieuse nécessité de développer les échanges académiques entre la France et Israël. Convaincu de l’efficacité du système de recherche israélien, le Ministre a même indiqué que la communauté scientifique française devrait s’en inspirer. « Sa marque de fabrique, c’est sa capacité à valoriser concrètement son extraordinaire culture scientifique et sa recherche d’excellence ». Depuis l’élection du Président Nicolas Sarkozy, en 2007, c’est dans ce sens que le gouvernement a œuvré en instaurant notamment l’autonomie des universités. En outre, par l’établissement de partenariats publics-privés,  le transfert de brevets vers le secteur privé, la multiplication de projets collaboratifs de R&D, la France veut elle aussi améliorer son avantage compétitif et accélérer sa force d’innovation.

« La coopération scientifique et technologique entre nos deux pays est profonde et ancienne »
Rappelant que la France était le 4ème partenaire scientifique d’Israël, le Ministre de la Recherche français a fait part de ses ambitions pour consolider cette relation privilégiée. A l’occasion d’une réunion avec le Ministre de la Science et de la Technologie de l’Etat d’Israël, Daniel Hershkowitz, prévue le 21 mars prochain, Laurent Wauquiez insistera sur l’intérêt du développement de la coopération bilatérale dans les domaines des nanotechnologies et des biotechnologies.

Pour conclure son propos, Laurent Wauquiez a tenu à saluer le travail de mémoire entrepris par la Fondation France Israël et plus précisément le voyage de petits-enfants de Justes parmi les Nations, organisé annuellement en Israël. Le Ministre a indiqué que ce projet avait « une résonance très personnelle » pour lui, précisant que sa mère avait le privilège d’occuper les responsabilités de Maire du Chambon-sur-Lignon, village distingué dans son entier pour s’être élevé contre la barbarie nazie.


La culture entrepreneuriale israélienne
Dan Shechtman, Professeur au Technion, récemment élu Prix Nobel de Chimie était le témoin israélien de ce rendez-vous inédit. L’intégralité de son intervention a été consacrée à l’esprit entrepreneurial israélien qui, selon lui, demeure le principal moteur de l’innovation du pays. Les Israéliens n’ont pas peur de prendre des risques. Ils ne craignent pas non plus d’échouer. L’important en Israël est bien d’essayer, de tenter une nouvelle entreprise, que ce soit à des fins économiques ou scientifiques. Tout au long de sa carrière de Professeur, c’est ce message que Dan Shechtman a voulu transmettre à ses étudiants. Et c’est bien, selon lui, cette culture qui doit se propager dans le milieu de la recherche française. Celui qui a été très honoré d’accéder au rang de Prix Nobel fin 2011 a enfin indiqué qu’il avait toujours encouragé ses étudiants à suivre des formations à l’étranger et notamment dans les universités françaises, reconnues pour leur excellence.

C’est d’ailleurs également en faveur d’un renforcement des échanges universitaires entre les étudiants des deux pays que Laurent Wauquiez a plaidé, à l’issue de la rencontre, lorsque je lui a demandé de formuler un vœu pour le développement des relations franco-israéliennes.

France-Israël : quelles sont vos relations diplomatiques ?

2 février 2012

Jeudi 2 février 2012, à l’occasion du premier petit-déjeuner de l’Association des Amis de la Fondation France Israël, Alain Juppé, Ministre d’Etat, Ministre des Affaires étrangères et européennes, a répondu à la question suivante « France-Israël : quelles sont vos relations…diplomatiques ? », devant un public d’une centaine de personnes réunies dans les Salons du Quai d’Orsay.

Un hommage appuyé à l’action de la Fondation France Israël
En préambule, le Ministre d’Etat a rappelé combien la France comptait sur la Fondation France Israël pour dynamiser les relations entre les deux pays notamment dans les domaines d’excellence que les peuples français et israélien ont en partage. « La Fondation France-Israël est à mes yeux un atout exceptionnel pour faire connaître Israël et la richesse de la société israélienne à l’opinion française comme pour faire vivre en Israël la relation entre nos peuples. C’est également une plateforme efficace pour jeter des ponts entre toutes les composantes de nos sociétés, au-delà des liens communautaires qui peuvent déjà exister. »

« La France est et sera toujours l’amie d’Israël »
Lors de son discours d’ouverture, le chef de la diplomatie française a également assuré les invités de la détermination de la France à s’engager aux côtés d’Israël. Passant en revue les différents sujets d’actualité qui agitent la politique israélienne, Alain Juppé a déclaré que « la France est et sera toujours l’amie d’Israël ». Le Ministre des Affaires étrangères et européennes s’est ainsi montré intransigeant face à la menace nucléaire iranienne : « Nous continuerons à renforcer la pression sur Téhéran tant qu’il refusera le dialogue et poursuivra ses provocations ».

« La France doit accompagner le processus de paix au Proche-Orient »
Sur le conflit israélo-palestinien, Alain Juppé a été fidèle à la position communément empruntée par la France et a plaidé en faveur d’une reprise des négociations, dans laquelle l’Europe et les pays arabes devront nécessairement occuper une place d’accompagnateur et de facilitateur. Le Ministre d’Etat n’a pas hésité, une nouvelle fois, à « condamner l’accélération récente de la colonisation, qui menace plus que jamais la solution des deux Etats. »

Faisons confiance aux nouvelles démocraties du monde arabe
Interrogé par Danna Harman, correspondante du quotidien israélien Haaretz en Europe, sur les conséquences du Printemps arabe pour Israël, Alain Juppé s’est voulu rassurant et confiant. Il a indiqué qu’il fallait laisser du temps aux peuples de ces pays nouvellement libres pour installer un régime démocratique. De retour du Sommet onusien sur la Syrie, le Ministre d’Etat a également été amené à prendre la parole sur l’aggravation de la situation dans ce pays et l’oppression, chaque jour plus violente, des révolutionnaires. Le rédacteur en chef de L’express.fr, Eric Mettout, a notamment demandé au Ministre s’il ne craignait pas que sa politique diplomatique offensive sur ce dossier ne compromette les relations de la France avec les pays émergents comme la Russie et la Chine. Tout comme pour l’Iran, la réponse d’Alain Juppé a été claire et sans appel. La France veut soutenir le plan proposé par la Ligue arabe pour en finir avec les massacres perpétués par le régime de Bachar El-Assad. « Il ne s’agit pas de créer des antagonismes avec la Russie mais ça ne veut pas dire que nous ne pouvons pas avoir de divergences avec ce pays. En l’occurrence, pour diverses raisons, nous ne partageons pas la même opinion sur l’attitude à adopter face à la Syrie ».

« La Fondation France Israël s’était imposé comme un élément essentiel de nos relations »
Après avoir répondu à une dizaine de questions de journalistes, Internautes et participants dans la salle, Alain Juppé a vivement félicité et remercié la Fondation France Israël d’avoir pris l’initiative d’organiser ce petit déjeuner et a déclaré que « la Fondation France Israël s’était imposé comme un élément essentiel de nos relations [franco-israéliennes]. »

En guise de conclusion de cet événement, j'ai proposé à Alain Juppé de former un vœu en faveur du renforcement des liens entre la France et Israël. Spontanément, le Ministre d’Etat a répondu : « Que nous nous donnions le plus souvent possible des preuves d’amour ! »

Mon interview dans la revue BALTHAZAR

2 janvier 2012

Les Fondations