VENDREDI 11 MARS 

Découvrez l'article paru dans Actualité Juive, le jeudi 3 mars, sur les 10 ans de l'Alerte Enlèvement.

MARDI 1ER MARS 2016

LE DISPOSITIF ALERTE ENLEVEMENT FETE SES 10 ANS
Découvrez l'interview de Nicole Guedj, au micro de Michel Zerbib pour Radio J, elle revient sur les 10 ans de l'alerte enlèvement, dispositif qu'elle a initié en France, afin de réagir au plus vite aux enlèvements d'enfants.
GUEDJ 010316.mp3
Fichier Audio MP3 10.3 MB

Vendredi 30 janvier 2015

Nicole Guedj, Invitée des 20ans de la FENVAC

A la suite des actes de terrorisme et à l’occasion des 20 ans de la FENVAC (Fédération nationale des victimes d’attentats et d’accidents collectifs), cette dernière a mené une journée de réflexion, le vendredi 30 janvier 2015, à l’Hôtel de Ville de Paris, sur les pratiques présentes et à imaginer dans les suites d’une catastrophe ou d’un acte de terrorisme.

Nicole Guedj, Secrétaire d’Etat aux droits des victimes, Président de la Fondation Casques rouges, et à l’initiative du guide méthodologique du ministère de la Justice sur la prise en charge des victimes d’accidents collectifs, est intervenue sur le thème : faire face à la crise .

Découvrez le programme de cette journée :

http://20ans.fenvac.org/?page_id=8

Haïti, 5 ans après le séisme. 

Lundi 12 janvier 2015

Il y a 5 ans, le 12 janvier 2012, se produisait un tremblement de terre dévastateur de magnitude 7.

 

Cette catastrophe humanitaire avait fait plus de 230 000 morts et autant de blessés.

Les conséquences sur le pays furent tragiques , Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations Unies avait estimé que quelques 3 millions de personnes ont été sinistrées sur les 4 millions que compte la population de Port-au-Prince.

 

La Fondation Casques Rouges avait alors déployé le conteneur de télécommunication Emergesat qui avait permis aux secouristes d’établir un réseau wifi et GSM pour contacter et rassurer les familles et communiquer avec les bases opérationnelles, une véritable cellule de transmission et de communication d’urgence.

 

Aujourd’hui toutes nos pensées vont aux victimes et à la population haïtienne qui peine encore à se reconstruire.

Hommage aux victimes de Charlie Hebdo, Montrouge et de l'HyperCacher de Vincennes.

Vendredi 9 janvier 2015

La France est un grand pays, 
Le peuple de France est un grand peuple,
Il est en deuil mais debout,
Solidaire de toutes les victimes,

tombées le 7 janvier, Charlie Hebdo:

Frédéric Boisseau, agent d’entretien
Franck Brinsolaro, brigadier au service de la protection
Jean Cabut, dit Cabu, dessinateur
Elsa Cayat, psychanalyste et chroniqueuse
Stéphane Charbonnier, dit Charb, dessinateur
Philippe Honoré, dit Honoré, dessinateur
Bernard Maris, économiste et chroniqueur
Ahmed Merabet, agent de police
Mustapha Ourrad, correcteur
Michel Renaud, ancien directeur de cabinet du maire de Clermont
Bernard Verlhac, dit Tignous, dessinateur 
Georges Wolinski, dessinateur

le 8 janvier, Montrouge: 
Clarissa Jean-Philippe, Policier municipal

le 9 janvier, HyperCacher, Porte de Vincennes:
Yohan Cohen 
Yoav Hattab
Philippe Braham
François-Michel Saada

Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'État français et d'hommage aux "Justes" de France

Vendredi 19 juillet 2013

Le 21 juillet prochain se tiendra la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'État français et d'hommage aux "Justes" de France, présidée par Monsieur Kader Arif, ministre délégué auprès du ministre de la Défense.

Cette journée commémore la date anniversaire des rafles du Vel d’Hiv du 16 et du 17 juillet 1942 au cours desquelles plus de 13 000 juifs furent arrêtés par la police française de Vichy, parqués dans des conditions inhumaines dans le Vélodrome d'Hiver, avant d'être déportés à Auschwitz.

C’est avec émotion, mais également une grande fierté que nous nous souvenons du discours prononcé par le Président de la République Jacques Chirac le 16 juillet 1995. Il reconnaissait la responsabilité de l’Etat français dans la déportation de juifs sous Vichy et soulignait que « ne rien occulter des heures sombres de notre Histoire, c'est tout simplement défendre une idée de l'Homme, de sa liberté et de sa dignité. C'est lutter contre les forces obscures, sans cesse à l'œuvre.»

L’an dernier, le Président de la République François Hollande s’inscrivant dans la démarche du Président Chirac rappelait la responsabilité de la France et déclarait avec force et conviction que « l’antisémitisme n’est pas une opinion mais une abjection ». Discours grave et sans appel pour évoquer les heures noires de la collaboration de la France avec les nazis, le Président de la République François Hollande a également salué l'engagement de français anonymes, ces « Justes » qui ont aidé au sauvetage des juifs.

Rappelons que Jacques Chirac avait en 1997 fait entrer au Panthéon ces Justes parmi les Nations, ces forts de l’ombre, héros de l’ordinaire  qui au péril de leur vie se sont élevés contre la barbarie nazie et fait l’honneur de notre pays.

La Fondation France Israël œuvre, entre autres, pour partager avec le plus grand nombre les valeurs que les Justes ont défendues.

Chaque année, elle permet à des petits enfants de Justes parmi les Nations, de se rendre en Israël pour rendre hommage à la mémoire de leurs grands-parents. Ces héritiers d’une histoire « à part », se rendent ainsi à Yad Vashem, pour découvrir le Mur et l’Allée des Justes et rencontrer des rescapés de la Shoah, certains sauvés par leurs propres grands-parents.

Il appartient aux jeunes générations d’accomplir un devoir de mémoire et de transmettre les valeurs universelles qu'ils ont reçu en héritage. 

Message de soutien à la famille de Philippe Verdon : son décès confirmé par l’Elysée

Jeudi 18 juillet 2013

C’est avec beaucoup de peine mais aussi un certain sentiment de révolte que nous apprenons la confirmation de la mort de l’otage Philippe Verdon. Mes pensées émues vont vers sa famille et ses proches.

 

C’est avec une extrême fermeté qu'’il convient de condamner le recours à la prise d’otages. Méthode odieuse s’il en est, elle constitue une véritable violation des droits de l’homme les plus fondamentaux.

 

N’oublions pas les huit otages européens qui sont détenus au Sahel ainsi que tous ceux détenus à travers le monde.

 

Malala à l’ONU : « Je suis ici pour défendre le droit à l’éducation pour tous les enfants. »

Mercredi 17 juillet 2013

Je tiens à témoigner de notre solidarité à Malala Yousafzai et à lui rendre hommage pour son émouvante intervention à l’ONU le 12 juillet dernier. Empreint de dignité et délivré devant de Ban Ki Moon, le secrétaire général de l’ONU et des jeunes venus du monde entier, le discours de Malala fut marqué par un vibrant appel pour l’accès à l’éducation de tous les enfants.

 

Cette jeune pakistanaise, victime le 9 octobre 2012 d’une tentative d’assassinat par des talibans, est devenue une véritable icône de la défense du droit des femmes et de l’accès à l’éducation pour les petites filles.

 

Après le terrible attentat du 15 juin dernier au Pakistan qui a tué 14 étudiantes pakistanaises à Quetta, la lutte de Malala est plus que jamais d’actualité.

(crédit photo Stan Honda/AFP)

Phumzile Mlambo-Ngcuka est nommée Directrice exécutive de l’agence des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

Mardi 16 juillet 2013

Je salue la nomination de Phumzile Mlambo-Ngcuka au poste de Directrice exécutive d’ONU FEMMES, annoncée hier par Ban Ki-Moon, secrétaire général de l’ONU.

 

Originaire d’Afrique du Sud, Phumzile Mlambo-Ngcuka possède une vaste expérience de la défense des droits des femmes, une connaissance pratique de l’administration, ainsi qu’une expertise dans les domaines du leadership stratégique et de la recherche de consensus.

 

Particulièrement sensible à la promotion des droits des femmes et de longue date engagée dans ce combat, je lui souhaite de mener à bien toutes les missions d’ONU FEMMES en faveur, entres autres, de la défense de l’égalité des sexes, l’élimination de toute discrimination à l’encontre des femmes et des filles et l’autonomisation des femmes.

 

 

Le nombre de SDF a progressé de près de 50% depuis 2001 : à quand la création d’une Agence Nationale pour les sans-abris ?

Vendredi 12 juillet 2013

Selon une enquête de l'INSEE intitulée L’hébergement des sans-domiciles en 2012[1] et publiée le 2 juillet 2013, le nombre de sans-domicile a augmenté de 50 % entre 2001 et 2012. L’année dernière, l’INSEE a dénombré 141 500 sans-abris et parmi eux, deux sans-domiciles sur cinq sont des femmes.

Cette enquête a le mérite de médiatiser leur cas en dehors de la période hivernale et de faire en sorte que l’on se souvienne, le temps d’une «actualité», du sort de ces exclus. Toujours plus nombreux - 11 500 sans-abris de plus entre 2011 et 2012 - la capacité d’accueil des foyers d’hébergement est bien en deçà des besoins. C’est par une véritable politique publique d’aide et d’accompagnement qui prendrait en compte tous les aspects de cette forme indigne d’exclusion que nous lutterons efficacement contre l’érosion des droits qui «emprisonne» dans la rue ces accidentés de la vie, dont des enfants. L’INSEE en a recensé 30 000.

L’Agence Nationale pour les sans-abris que j’appelle de mes vœux de longue date, s’attacherait à soutenir et à optimiser le travail des associations et des institutions publiques, en coordonnant leurs actions et en mutualisant leurs ressources. Véritable guichet unique d’orientation, cette agence dirigerait les sans-abris vers tous les services sanitaires et sociaux, au demeurant existants, qui devraient également leur bénéficier. Elle aurait en premier lieu un rôle de recensement et d’identification de cette population hétérogène. Elle répondrait également à plusieurs besoins : assurer que les sans-abris aient accès à leurs droits en matière d’identité et de prestations sociales. Cette agence pourrait aussi organiser, dans la durée, leur suivi sanitaire, notamment un soutien psychologique et psychiatrique pour certains d’entre eux. Elle pourrait enfin permettre l’exercice de leur droit à la formation et à l’insertion.

Face à l’urgence de leur situation qui ne fait qu’empirer : à quand la création d’une Agence Nationale pour les sans-abris ?



[1] http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1455#inter2

Journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie.

Vendredi 17 mai 2013


Il y a encore un mois, Wilfrid et Olivier, victimes d’une violente attaque diffusaient « le visage de l’homophobie ». Cette scandaleuse agression n’était pas un cas isolé et, selon une enquête de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union Européenne, aujourd’hui, en 2013, deux homosexuels européens sur trois ont peur de s’afficher en public.

 

A la veille de la promulgation de la loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe, il semblerait que le débat sur l’égalité pour tous ait également révélé apparaître une recrudescence des actes et violences à caractère homophobe.


Militante de longue date en faveur des droits de l’Homme et de l’égalité des droits, je ne peux que déplorer cette montée de l’homophobie en France qui prête à croire qu’encore aujourd’hui, une journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie est nécessaire pour faire évoluer les mentalités. Le 17 mai est ainsi une date symbolique car, célébrée depuis 2005, c'est en effet le 17 mai 1990 que l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a retiré l'homosexualité de la liste des maladies mentales.

L'Algérie au Pavillon Dauphine.

jeudi 8 Novembre 2012

Comme chaque année, c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai assisté hier à la réception donnée par Son Excellence l'Ambassadeur d'Algérie et madame Missoum Sbih, à l'occasion de la Fête Nationale algérienne.

 

Dans une ambiance très festive, j'ai pu retrouver nombre de mes amis originaires d'Algérie, mon pays natal. Parmi eux j'ai eu la joie de saluer le recteur de la Grande Mosquée de Paris, monsieur Dalil Boubakeur, la talentueuse Jeanette Bougrab et mon confrère et ami Chems-Eddine Hafiz.

 

Ce sont pour moi des moments privilégiés, de joie et de fraternité que je savoure tout particuliérement.

Il y a trente sept ans, Simone Veil ouvrait la voie.

vendredi 26 octobre 2012

C'est au bénéfice de toutes les femmes que l'Assemblée Nationale a voté aujourd'hui le remboursement à 100% des interventions volontaires de grossesse par l'assurance maladie à partir de 2013, dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2013.

 

A cette occasion, je souhaite rendre hommage à madame Simone Veil.

J'ai encore en mémoire sa détermination qui a permis, après un dur combat politique, le vote et l'adoption de sa loi dépénalisant l'IVG en 1975.

Son engagement a fait progresser la condition de la femme dans notre pays.

 

Son action courageuse, il y'a trente sept ans, a ouvert la voie et rendu possible aujourd'hui ce choix majeur de santé publique.

 

Mémoire et réconciliation

jeudi 18 octobre 2012

Le Président de la République François Hollande a déclaré mercredi, dans un communiqué, que la "République reconnaît avec lucidité" la "sanglante répression" qui "le 17 octobre 1961", à Paris, a couté la vie à "des Algériens qui manifestaient pour le droit à l'indépendance". 

Cinquante et un ans après les faits, le Président de la République a tenu à leur rendre hommage .

 

 Cette reconnaissance fait écho au souvenir que j'ai de ma rencontre avec une délégation de familles de victimes civiles de la guerre d'Algérie. Alors secrétaire d'Etat aux droits des victimes, c'est avec beaucoup d'émotion que j'avais alors écouté leurs témoignages.

 

 Une fois de plus, c'est l'occasion pour moi d'espérer que amitié et réconciliation soient consacrées au plus vite entre la France et l'Algérie.

Ses idées, le « gilet pare - balles » de Malala

lundi 15 octobre 2012

Malala
Malala

Connue depuis 2009, lorsqu’elle n’avait que 11 ans, en dénonçant sur un blog de la BBC les violences commises contre les écoles pour filles par les talibans dans la vallée de Swat au Pakistan, la jeune Malala Yousufzai a miraculeusement survécu à une tentative d’assassinat mardi 9 octobre alors qu’elle sortait de son école.

 

Alors qu’une telle violence dirigée contre une enfant ne peut être qualifiée que d’acte de lâcheté, les propos du porte-parole du groupe ayant commis la tentative d’assassinat de Malala sont intolérables, d’autant plus qu’ils promettent une nouvelle tentative d’assassinat à son encontre et contre « quiconque critiquera l’Islam ».

 

Cet acte barbare doit être dénoncé et condamné de la façon la plus ferme qui soit et la bravoure de Malala dans son combat pour le droit des femmes à l’éducation doit être saluée. Cette jeune fille, source d’admiration pour nous tous, nous impose de nous associer à son combat et de dénoncer ses exactions. Les valeurs qu’elle défend ne sont pas, comme les talibans le prétendent, des idées « occidentales » mais bien universelles.

 

Combattante de longue date en faveur des droits de l’Homme, c’est remplie d’empathie que j’écris ces quelques mots de soutien, parce que son combat est juste. A l’image de ce qu’écrivait Anne Frank au même âge, « ne serait-il pas merveilleux que personne n'ait besoin d'attendre un seul instant avant de commencer à améliorer le monde ».

 

 

Le terrorisme, c'est l'affaire de la communauté nationale

lundi 8 octobre 2012

Ce week end a vu la police démanteler  un réseau islamiste en possession d'une liste de projets d'attaques contre des associations juives de France.  

Saluons l'action remarquable des services de renseignement et des forces de police qui, deux semaines après l'attaque d'un supermarché casher à Sarcelles  et six mois après l'affaire Merah, ont fait preuve de vigilance et de détermination pour déjouer les projets présumés de cette cellule.

Cette opération a aussi été l'occasion de réaffirmer avec force le combat de l'Etat contre le terrorisme. Un projet de loi a été discuté mercredi dernier en Conseil des Ministres et sera bientôt présenté à l'Assemblée Nationale pour tirer toutes les conséquences des tueries de Toulouse et Montauban, rendre plus efficace la lutte contre toutes les formes de terrorisme et étendre la capacité de nos juridictions.

Les arrestations de ce week end confirment cependant une sinistre réalité: il existe en France des groupes déterminés à la violence contre les juifs. 

Face à ce constat, la communauté nationale ne doit pas, elle ne peut pas céder à la panique mais défendre avec fermeté et sans complaisance les valeurs de notre République qui doit garantir à tous ses citoyens sans distinction de race, de religion ou de croyance, la sécurité et la liberté de culte.

Si la France est donc aujourd'hui sous menace terroriste, extérieure comme intérieure, il nous faut faire front unique.

Apaisement à tout prix... au nom de la tolérance

mercredi 19 septembre 2012

Oui à la liberté d'expression, bien sur !

Oui à la liberté d'opinion, évidemment !

Oui à la liberté de publier des caricatures, sans nul doute !

 

Mais à l'heure où le monde musulman s'est senti meurtri et humilié par un film ignoble et pathétique,

A l'heure où l'actualité nous rappelle à la tolérance et nous fait entendre notre devoir de  respecter toutes les croyances sans aucune distinction de foi et de religions,

A l'heure où des xénophobes, sous couvert d'une laïcité qu'en fait ils remettent en cause, veulent tout simplement interdire voile et kippa,

A l'heure où des extrémistes utilisent la force et la provocation pour semer le trouble et faire couler le sang,

 

Quels événements, quelles raisons, quelle urgence justifient aujourd'hui la publication de caricatures dont on sait qu'elles peuvent blesser certains, en irriter ou provoquer d'autres?

 

Si la liberté d'expression n'est pas négociable, il faut à mon sens savoir, certaines fois, privilégier un devoir d'apaisement et de responsabilité.

 

Simone Veil faite Grand'Croix de la Légion d'honneur

jeudi 13 septembre 2012

Simone Veil (photo: Micheline Pelletier/corbis)
Simone Veil (photo: Micheline Pelletier/corbis)


Le président de la République François Hollande a remis lundi dernier à madame Simone Veil les insignes de Grand' Croix de la Légion d'honneur.
Il s'agit de la plus haute distinction de l'Ordre de la Légion d'honneur, également décernée aux présidents de la République.

Simone Veil, dont le nom est associé à la mémoire de la Shoah, à la cause des femmes et à la construction européenne, a marqué de son empreinte et de son autorité morale l'histoire de France. Elle est un modèle de volonté et d'abnégation, une femme de coeur, au parcours exceptionnel, qui a porté toute sa vie les valeurs humanistes et a inspiré des générations de Français.

En tant que Président de la Fondation France Israël, mais également et surtout comme amie de Simone Veil, je tiens aujourd'hui à lui rendre hommage.

Travail de mémoire, devoir de transmission

lundi 10 septembre 2012

 

Le premier ministre Jean-Marc Ayrault a inauguré lundi 10 septembre le Mémorial du camp des Milles près d'Aix en Provence.

 

Entre 1939 et 1942,  plus de 10000 personnes furent internées et 2000 envoyées dans les camps de la mort. 

 

La date de cette manifestation est symbolique: il y'a exactement soixante dix ans, le 10 septembre 1942, le dernier train partait du camp des Milles avec Auschwitz comme destination finale.

 

Aujourd'hui, seuls trois survivants peuvent encore témoigner.

 

Conçu comme un musée d'histoire, le Mémorial du camp des Milles est aussi un espace de culture artistique et un musée d'idées, un laboratoire innovant dans son contenu et ses dispositifs pédagogiques. Gageons que ce nouveau lieu de mémoire et d'histoire contribue à relayer le souvenir 

 

 L'ouverture de ce Mémorial illustre toute l'importance que revêt le travail de mémoire. En innovant pour informer et enseigner, il montre qu'il nous appartient de réinventer une pédagogie et de réfléchir à de nouvelles façons de transmettre aux jeunes générations. Car,  si l'on n'y prend pas garde, la vérité historique pourrait s'effacer. 

 

Cet événement s'inscrit dans la continuité de la cérémonie d'hommage aux Martyrs de la Déportation, à laquelle j'ai participé hier, à la grande synagogue de la Victoire en présence d'un représentant du Président de la République et de plusieurs membres du gouvernement. De nombreux élus et des personnalités associatives et religieuses, dont le cardinal André Vingt-Trois, ont également assisté à cette manifestation.

 

Instaurée à l'initiative du Rabbinat français au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, cette cérémonie est commémorée chaque année le dimanche précédent le Nouvel An Juif par un office solennel.

 

 C'est  chaque année avec encore plus d'émotion que nous participons à cette  manifestation alors que les derniers témoins, rescapés de la Shoah comme Justes parmi les Nations, sont de moins en moins nombreux. C'est un appel au souvenir adressé à l'ensemble de la communauté nationale. Il incite à se recueillir avec les survivants et les enfants des déportés, en souvenir des disparus, morts sans sépultures, victimes de la barbarie nazie.  

 

En emmenant chaque année des petits enfants de Justes parmi les Nations en Israël durant les commémorations de la Shoah, la Fondation France Israël, qui travaille à rapprocher les sociétés française et israélienne, a fait le choix de se tourner vers les jeunes générations pour accomplir un travail de mémoire et témoigner du courage de ces "héros ordinaires".

L'Alerte enlèvement relayée sur les mobiles pour aider à retrouver le nourrisson enlevé à Marseille

L’Alerte enlèvement a été déclenchée ce matin suite à la disparition d'un bébé de quatre jours, la nuit dernière, à la maternité de l'hôpital Saint-Joseph de Marseille. Les utilisateurs de smartphones peuvent témoigner et relayer massivement l’information grâce à l’application « Alerte enlèvement ». 

 

Pour la seconde fois, l’Alerte enlèvement a été relayée sur les téléphones portables des Français ayant téléchargé l’application mobile dédiée sur iPhone, Blackberry,  Android et Windows Phone 7. Cette extension du dispositif a été mis en place par la Fondation Casques Rouges, que je préside, dans le cadre de l’appel à projets « Proxima mobile » lancé en septembre 2009 par la Délégation aux Usages de l’Internet. 

 

Depuis sa mise en ligne sur les market store, l’application mobile de l’Alerte enlèvement a été téléchargée par plus de 200 000 usagers, volontaires pour participer aux efforts de recherche, dans les trois premières heures cruciales qui suivent l’enlèvement d’un enfant. 

 

Grâce à cette application, les utilisateurs peuvent:

  • Etre averti en instantané du déclenchement d'une Alerte enlèvement grâce à l'envoi d'une notification.
  • Prendre connaissance du signalement de l'enfant disparu.
  • Témoigner par téléphone ou e-mail.
  • Partager l'information auprès de leur réseau par email, Facebook et Twitter. 

 

Depuis sa création, l'Alerte enlèvement a largement fait ses preuves et le dispositif devait naturellement s'adapter à de nouveaux usages. Si tous les Français ne sont pas devant leur poste de télévision en pleine journée, la grande majorité d'entre eux ne quitte jamais son téléphone portable. Grace à la diffusion massive de l'Alerte enlèvement, c'est désormais l'ensemble de la communauté nationale qui peut se mobiliser. 

 

En 2004, après l’enlèvement d’un enfant, alors que j'étais Secrétaire d’Etat aux droits des victimes, j'ai décidé de transposer le dispositif  américain Amber Alert en France. Depuis sa mise en place, en 2006, le modèle français de l’Alerte Enlèvement a été déclenché à onze reprises et a déjà permis de sauver la vie de douze enfants. 

 

Convaincue de l’intérêt de l’utilisation des nouvelles technologies au service des victimes, la Fondation Casques Rouges s’était déjà engagée, en mai 2009, dans la création de l’e-@lerte enlevement sur le web, en partenariat avec Orange, Free, SFR, Google, Yahoo, Microsoft, Dailymotion, blogspirit, l’ASIC (Association des Services Internet et Communautaires) et Silicon Sentier. 

 

Il reste toutefois une étape à franchir : l'extension de l'Alerte Enlèvement à l'Europe. S’il est aujourd’hui particulièrement aisé pour un agresseur de passer les frontières, un déclenchement simultané de l’Alerte enlèvement dans plusieurs pays, dissuaderait encore davantage les ravisseurs de passer à l’acte. Nos voisins belges et suisses, que j’avais soutenus dans leur combat pour l’installation de l’Alerte enlèvement dans leur pays, sont tout à fait prêts à coopérer dans ce sens.

 

Téléchargez l’application « Alerte enlèvement » :

 

Témoignez :

  • Par téléphone : 0805 200 200
  • Par email : alerte.enlevement@interieur.gouv.fr 

 

Plus d’informations : www.casques-rouges.org

Un discours historique du président François Hollande pour le 70e anniversaire de la rafle du Vel d'Hiv

lundi 23 juin 2012

Le président de la République François Hollande lors du 70e anniversaire de la rafle du Vel d'Hiv.
Le président de la République François Hollande lors du 70e anniversaire de la rafle du Vel d'Hiv.
C'est avec attention et émotion que j'ai écouté le Président de la République François Hollande au Square des Martyrs Juifs du Vélodrome d'Hiver. Un discours grave et sans appel pour évoquer les heures noires de la collaboration de la France avec les nazis mais aussi pour rappeler l'engagement de français "anonymes" qui ont aidé au sauvetage des juifs.
"La vérité c'est que ce crime fut commis en France, par la France" déclarait le Président de la République, avant de saluer, et je lui en suis reconnaissante, le "grand mérite du président Jacques Chirac, d'avoir reconnu, le 16 juillet 1995, cette vérité".
Il a ajouté avec force que "ce fut aussi un crime contre la France, une trahison de ses valeurs que la Résistance, la France libre, les Justes surent incarner dans l'horreur".  
Par un parti pris historique, au delà des symboles,François Hollande a rendu hommage aux victimes du Vel D'Hiv déportées et assassinées " pour la seule raison qu'ils étaient juifs",  et à ceux qui ont combattu la barbarie, souvent au péril de leur vie, qu'ils soient Justes ou résistants. 
J'y suis d'autant plus sensible  que le Président de la République a basculé avec gravité dans le présent pour dénoncer l'antisémitisme et la xénophobie: "Il y a quatre mois, des enfants mourraient pour la même raison que ceux du Vel d'Hiv: parce qu'ils étaient juifs... Et, pour cela, il (l'antisémitisme) doit être d'abord regardé en face, nommé, reconnu pour ce qu'il est et, partout où il se déploie, être démasqué et puni."

François Hollande a su trouver les mots justes, chargés de sens pour rassembler la Nation et la réconcilier avec son passé.
Il a aussi su trouver les mots justes en assénant que "l'antisémitisme n'est pas une opinion, c'est une abjection".

Alors que ce fléau persiste et prolifère sous de nouvelles formes, pourquoi la lutte contre le racisme et l'antisémitisme ne serait pas déclarée Grande Cause Nationale en 2013? 
 La lutte contre l'intolérance et les discriminations doit etre un combat de tous les instants, pour défendre la liberté et préserver la dignité de la personne. 
60% des jeunes de 18 à 24 ans déclarent n'avoir jamais entendu parler de la rafle du Vel d'Hiv. L'évidence est qu'il nous appartient de réinventer une pédagogie, d'innover pour informer et enseigner, d'utiliser tous les supports, notamment numériques, pour disséminer auprès des jeunes une vérité historique qui pourrait "s'effacer", si l'on n'y prend pas garde, avec la disparition des derniers témoins, rescapés de la Shoah, Justes parmi les Nations...
Le discours du Président Jacques Chirac le 16 juillet 1995.
Le discours du Président Jacques Chirac le 16 juillet 1995.

Les étudiants à la manoeuvre: un succès

mardi 17 juillet 2012

Hier, 70 ans après la rafle du Vel d'Hiv,  l'Union des Etudiants Juifs de France publiait un sondage réalisé avec le CSA montrant que 60% des jeunes de 18 à 24 ans en France déclarait n'avoir jamais entendu parler de la rafle du Vel d'Hiv. Ce sondage a également révélé que 85% des Français considèrent que la transmission de la Shoah est importante.

Au même moment, à Budapest, l'Union des Etudiants Juifs Européens organisait un sit-in, mains menottées, devant le domicile du criminel nazi Laszlo Csatary.
Je tiens à saluer le travail de ces deux organisations étudiantes. Elles ont fait oeuvre utile et montrent que les jeunes ont une place déterminante dans le travail de mémoire.

J'y suis d'autant plus sensible que j'ai créé, au sein de la Fondation France Israël, une section jeunes qui a conçu et organisé un voyage de petits enfants de Justes parmi les Nations en Israël.
Le travail de veille et d'action de l'UEJF et EUJS est utile et efficace. Ces deux organisations ont provoqué une sorte d' "électrochoc" dans l'opinion et dans les médias en révélant une méconnaissance quasi générale de la rafle du Vel d'Hiv et en attirant l'attention sur  l'un des derniers criminels nazis qu'il convient de faire juger et condamner… avant qu'il ne soit trop tard.

Arrestation de Laszlo Csatary, criminel nazi: ce n'est que justice

lundi 16 juillet 2012

Le criminel de guerre nazi le plus recherché, le Hongrois Lazslo Csatary, a été retrouvé hier à Budapest.

 

Il était le chef de la police du ghetto juif de la ville slovaque de Kosice, où 15 700 Juifs furent, certains assassinés, l'immense majorité déportés vers le camp d'extermination de Auschwitz.

 

Les crimes nazis sont imprescriptibles. Ce criminel doit répondre de ses actes devant la justice. 

 

Il n'aurait déporté ou causé la mort d'un seul Juif qu'il serait en tout état de cause coupable.

A ce titre, il doit être arrêté, sa culpabilité reconnue.  Sa condamnation doit être exemplaire.

 

 

 

Rafle du Vel d'Hiv: hommage aux victimes et Reconnaissance à Jacques Chirac

16 juillet 2012

Soixante dix ans après, la France se souvient et honore aujourd'hui les victimes de la rafle du Vel d’Hiv.


Une occasion pour moi de rendre hommage au Président de la République Jacques Chirac que j'ai eu l'honneur de servir.


 Elu en 1995, l’acte majeur de son début de mandat fut la reconnaissance du rôle de l’Etat français dans la déportation et l’extermination des Juifs de France.


 Il a fallu le courage d'un homme pour mettre fin à cinquante années de déni des autorités françaises.


En homme d’Etat, il a su réconcilier la France avec son histoire et l‘inviter à regarder son passé en face.


C’est encore Jacques Chirac qui, en 2004, prononçait un discours historique au village du Chambon sur Lignon, symbole de la Résistance à l’occupant nazi. Cette fois, il exhortait tous les corps d’Etat sous sa propre autorité, au sursaut et à la vigilance contre l’antisémitisme. 


En 2007 c'est à nouveau Jacques Chirac qui mettait cette fois en lumière l'histoire des 3478 Justes parmi les Nations, en les faisant entrer au Panthéon, monument éternel des valeurs de la République.


 Autant de gestes historiques qui, au delà des symboles, rendent hommage aux victimes du nazisme et à ceux qui l’ont combattu, souvent au péril de leur vie.


 Ces Justes ont incarné les valeurs de la France des Lumières,  de la justice et de la dignité humaine.


En emmenant chaque année des petits enfants de Justes français en Israël durant Yom HaShoah, la Fondation France Israël  a fait le choix de se tourner vers les jeunes générations pour accomplir un travail de mémoire et témoigner du courage que des "héros ordinaires" ont opposé à la barbarie nazie.

 

Une injonction à se souvenir pour construire l'avenir.


 

 

Ces deux programmes sont consacrés au voyage des petits-enfants de Justes parmi les Nations amenés en Israël pour rendre hommage à leurs grands parents et assister aux commémorations de la Shoah.

L'indépendance de l'Algérie il y'a cinquante ans

6 juillet 2012

Il y'a cinquante ans l'Algérie devenait indépendante.
Née à Constantine, en Algérie, je suis arrivée en France, enfant, en 1962.

Je garde un profond attachement à mon pays natal et suis sensible aux commémorations organisées tant en France qu'en Algérie.

 J'ai été en son temps chargée par le Président Jacques Chirac de collaborer à l'élaboration d'un traité d'amitié entre les deux pays, qui n'a pu être signé.

Mais ma rencontre avec le President Boutéflika, à Alger, demeure pour moi inoubliable.

Qu'amitié et réconciliation soient consacrées.
La forme -traité, protocole ...- importe peu.

Pour une juste défiscalisation des indémnités des victimes de l'amiante

27 juin 2012

Mardi dernier, la Cour de Cassation a donné tort à la Cour d'Appel de Paris qui avait annulé les six mises en examen dans l'enquête sur la mort d'anciens salariés du groupe d'amiante Eternit. Elle "casse et annule" l'arrêt du 16 décembre 2011 et "renvoie la cause et les parties devant la Cours d'Appel de Paris autrement composée"

 

Cette décision est une bonne nouvelle pour les victimes de l'amiante en France qui peuvent espérer voir la procédure aboutir à un procès au pénal.

Cela fait près de 16 ans que les premières plaintes des travailleurs exposés à l'amiante ont été déposées. A ce jour, aucun grand procès sur les conséquences environnementales et sanitaires de l'amiante ne s'est tenu en France malgré son interdiction depuis 1997. 

 

Alors que l'Italie a ouvert un procès pénal historique en 2009, contre des responsables d'Eternit, et que deux membres du groupe ont été condamnés en février dernier, la justice française tarde à se prononcer sur l'amiante qui pourrait, selon les autorités sanitaires, provoquer 100 000 décès d'ici 2025. 

 

Je suis engagée de longue date aux cotés des associations des familles de victimes de l'amiante notamment pour défiscaliser les indemnités versées.

L'harmonisation des différents systèmes d'indemnisation fut l'une des priorités de mon secrétariat d'Etat aux Droits des victimes. Je me suis battue et je lutte toujours aujourd'hui en faveur d’un système d'indemnisation plus juste pour toutes les victimes.

 

Cette décision de la Cour de Cassation relance la procédure sur l'amiante et je forme le voeu qu'elle aboutisse à une prise en considération des victimes et de leurs familles et à une indemnisation juste, à la hauteur de leur douleur.

Ang San Suu Kyi : une femme de coeur et d'actions

26 juin 2012

Je me réjouis de la visite en France de Madame Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la Paix, députée du Parlement birman et Président de la Ligue Nationale pour la Démocratie.

 

Madame Aung San Suu Kyi est un modèle de volonté et d'abnégation. Son combat pour la justice et l'établissement d'un État de droit en Birmanie a inspiré des générations de défenseurs des droits de l'Homme en France et dans le monde. 

Sa visite aujourd'hui apparaît comme un signal fort de reconnaissance pour l'ensemble de notre pays qui l'a soutenue depuis plus de vingt ans, quelque soit le pouvoir en place.  

 

La France peut rendre hommage à une femme de coeur, déterminée à porter les valeurs humanistes et sociales dans une société meurtrie par tant d'années de dictature, sans oublier le cyclone Nargis, qui a fait des centaines de milliers de victimes en 2008. Ce désastre a laissé de nombreuses séquelles et a montré l'inadéquation entre régime autoritaire et aide humanitaire.

 

A cette époque, la junte au pouvoir avait bloqué l'aide internationale. Il avait fallu plus de deux semaines pour que les travailleurs humanitaires parviennent à porter secours aux sinistrés de l'Irradawy. Et celui qui a été autorisé à entrer en premier n’était personne d’autre que Ban Ki-moon, le Secrétaire Général de l’ONU, qui aux yeux de la junte représentait la plus grande neutralité.

 

Aujourd'hui, alors que la junte militaire au pouvoir a progressivement engagé une transition démocratique et que les sanctions internationales sont levées, j'apporte tout mon soutien à madame le députée Aung San Suu Kyi dans son désir de réconciliation de la société birmane et dans sa volonté de composer avec le régime pour faciliter la transition. 

 

A l'occasion de sa visite, je forme le voeu que ses tentatives soient couronnées de succès et permettent à l'avenir de renforcer les coopérations franco-birmanes  dans tous les domaines, y compris humanitaire.

 

Dans un pays fréquemment touché par les cyclones et confronté à une situation politique instable, une réaction coordonnée des différents acteurs et légitimée par la communauté internationale dans son entier s'imposent. C'est pourquoi je plaide depuis plusieurs années pour la création d’un Etat major de coordination de l’action humanitaire, placée sous l’égide des Nations-Unies, à travers la Fondation Casques Rouges. Les conséquences météorologiques du changement climatique et l'augmentation des réfugiés climatiques rendent ce projet plus nécessaire chaque jour. 

 

A l'instar de madame Aung San Suu Kyi et de son combat pour les droits de l'Homme, j'appelle à poursuivre ce juste combat.

Les Fondations